Depuis 2011, le service des Données de Valeurs Foncières ou DVF peut être sollicité aussi bien par des professionnels que des particuliers. Les ventes réalisées lors des cinq dernières années peuvent ainsi être consultées. Ces données sont désormais en open data afin de permettre aux acheteurs de savoir si le bien repéré est surestimé. À partir des informations fournies, la négociation du prix de vente sera complètement différente. 

Des données de référence sur les transactions foncières

Depuis la mise à disposition de ce fichier en open data, les consultations ne cessent d’augmenter. Considérée comme une source fiable, ce registre contient des milliers de transactions. 

Ces données de valeurs foncières ont été obtenues grâce à l’enregistrement des actes notariés et des informations issues du cadastre. La Direction Générale des Finances Publiques accepte de les rendre publiques afin qu’acheteurs et vendeurs puissent connaître le marché immobilier. 

Ouvert à tous, ce fichier est à disposition aussi bien des vendeurs que des acheteurs. Dans le premier cas, ces données évitent une surestimation du bien. Dans le second cas, une comparaison avec des biens similaires vendus sur la commune permet de faire la meilleure opération. 

Les avantages du DVF

En open data, l’accès aux données de valeurs foncières est entièrement gratuit. Ces données publiques sont particulièrement fiables, ce qui assure de connaître le marché immobilier par commune. D’autres atouts sont à considérer : 

  • Connaissance et transparence des prix des transactions immobilières 
  • Une cartographie des prix dans les collectivités locales
  • Une meilleure connaissance des marchés immobiliers
  • Une meilleure compréhension de la mutation des territoires
  • Des données accessibles pour les acheteurs et les vendeurs

Les informations contenues dans ces bases de données

Les données de valeurs foncières et immobilières représentent des informations publiques sur les transactions des cinq dernières années :

  • La date des ventes immobilières
  • La nature des propriétés foncières : adjudication, vente, vente en futur état d’achèvement, vente de terrain à bâtir
  • Le prix de la cession immobilière
  • L’adresse complète du bien immobilier concerné
  • Les références cadastrales
  • La description des biens immobiliers : mesurage loi Carrez, type de bien, superficie totale avec le terrain, nombre de pièces principales, etc.

L’ouverture des données publiques pour une meilleure estimation

La mise à disposition des données des valeurs foncières et immobilières est utile aux vendeurs. Pour éviter de surestimer son bien, ce portail open data leur est précieux. Une consultation de ces données ouvertes permet de connaître avec précision les prix demandés pour des biens similaires et ainsi attirer les acquéreurs. Avec un tarif conforme au marché immobilier actuel, les chances de vendre rapidement sont augmentées. 

En se basant sur les données collectées dans un même quartier, les vendeurs peuvent décider du prix idéal à faire figurer sur leur annonce immobilière. Étant donné que les acheteurs ont également accès à ces bases de données publiques, cette référence est importante. Avant la visite d’un bien immobilier, ils peuvent s’appuyer sur ces données locales pour savoir si le vendeur le surestime. Si le prix est supérieur à ceux proposés par d’autres propriétaires pour des biens similaires, il est certain que ces acquéreurs potentiels se tourneront vers d’autres offres. Les données foncières évitent donc de perdre ces opportunités.  

Une estimation immobilière à affiner avec un agent immobilier

Si les données publiées permettent d’avoir une première idée de la valeur d’un bien, l’estimation obtenue demande d’être précisée. Cette base ouverte à tous indique une fourchette de prix. Pour autant, il ne tient pas compte des particularités d’un bien immobilier. Pour déterminer un tarif en rapport avec sa véritable valeur, chaque point doit être pris en compte. 

Un terrain disponible, une cave ou une place de parking font partie des points forts qui peuvent modifier l’estimation de base. Une estimation réalisée par un professionnel de l’immobilier évite d’oublier la valeur d’une cheminée, d’une terrasse ou de plusieurs salles de bains. 

Pour une estimation fiable, les points faibles du bien immobilier doivent également être pris en compte. Si le DVF permet d’avoir une base, le recours à un professionnel de l’immobilier assure de pouvoir l’affiner et éviter toute surestimation.

Lien vers l’application DVF du Gouvernement : https://app.dvf.etalab.gouv.fr/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici s'il vous plaît