Légalement parlant, l’assurance emprunteur n’est pas obligatoire, mais sans elle, vous n’obtiendrez pas de prêt de la banque.

C’est quand même possible sans assurance si vous êtes déjà propriétaire d’un ou de plusieurs biens, mais pour une première fois, c’est quasi impossible. La banque doit être sûre qu’en cas d’aléa, dont personne n’est à l’abri, votre assurance pourra rembourser à votre place.

Cependant, le coût de cette assurance est relativement cher. Il peut représenter jusqu’à 30% de votre emprunt. C’est pourquoi la négociation est importante, elle peut vous faire économiser une somme non négligeable.

Alors, comment s’y prendre et quel est le coût de cette renégociation ?

Comment renégocier son assurance emprunteur ?

Comme nous l’avons cité précédemment, la renégociation peut être d’une extrême utilité surtout quand on est serré niveau budget. Pour aboutir à une réduction, il y a des étapes à suivre : il faut tout d’abord trouver une meilleure assurance de prêt disponible sur le marché, fouiller, chercher, lire les avis, voir leurs conditions, etc. Il faudra respecter l’équivalence des garanties entre les deux assurances, la nouvelle et l’ancienne. Sans elle, vous verrez votre demande refusée par l’établissement prêteur, elle est donc obligatoire !

La date de votre renégociation dépendra de la date où l’emprunt a été fait :

  • Si la date de l’emprunt a dépassé 12 mois, il est possible de changer son assurance à chaque anniversaire ;
  • Si la date de l’emprunt est inférieure à 12 mois et grâce à la loi Hamon, l’emprunteur peut changer son assurance durant les 12 premiers mois.
Lire aussi :   Immobilier d'entreprise : investissez pour des revenus fiables !

En second lieu, il faut que votre nouveau contrat d’assurance emprunteur soit validé par la banque, cette validation est importante pour obtenir un prêt. Voilà pourquoi il faut des garanties équivalentes.

L’idée de vous faire aider par un courtier qui est spécialisé peut-être très bénéfique. Il saura vous proposer des offres afin de gagner en temps et en argent.

En dernier lieu, quand la banque aura accepté votre contrat, il faut s’y adhérer tout en envoyant une lettre de résiliation a votre ancienne assurance.

Il vaut mieux attendre la confirmation de votre nouvel assureur avant d’envoyer cette lettre pour ne pas avoir de surprise.

À la fin de cette procédure, vous aurez une meilleure assurance à moindre coût !

Quel est le prix de cette renégociation ?

Parfois, lorsqu’on est pris par le temps, on choisit la première assurance qui se trouve en face de nous et par la suite on se rend compte qu‘il y a possibilité d’économiser de l’argent en choisissant une autre et on décide donc de renégocier.

Grâce à la loi Hamon qui interdit aux banques de facturer des frais pour l’étude du dossier, donc la validation de la banque ne vous coûtera rien.

Néanmoins, les frais d’adhésion à une assurance peuvent coûter 20 euros, mais cela reste rare.

Combien pouvez-vous économiser grâce à cette renégociation ?

L’économie d’argent est le but principal d’une renégociation. Voici un exemple qui résumera l’idée globale.

Si votre bien coûte 200 000 euros et le taux d’assurance est de 0,2% et cela, pour une durée de 20 ans. : vous devez donc payer 40 000 euros pendant ces 20 ans, soit 2000 euros l’année.

Lire aussi :   Crédit à la consommation : financez vos travaux facilement !

Supposons que vous avez trouvé une assurance à 0,15%, le prix mensuel devient 1500 euros. L’économie est de 500 euros le mois pendant 20 ans. C’est énorme !

Et l’avantage est que vous pouvez renégocier chaque fois que vous trouverez une assurance moins chère, c’est vivement conseillé pour bénéficier d’une réduction sur le prix.

L’assureur peut refuser ma renégociation ?

Vous pouvez vous demander si l’assureur peut refuser votre renégociation du contrat de votre crédit immobilier. Eh bien, figurez-vous que oui ! L’assureur a tout à fait le droit de refuser cette procédure, mais vous pouvez demander une discussion autour d’une table afin d’argumenter votre décision.

Le meilleur argument que vous pouvez présenter est la concurrence, montrer différents devis que vous avez trouvé et qui sont moins chers que ce qu’il propose. Cet argument peut faire toute la différence et va changer l’avis de votre assureur.

Dans le cas contraire où votre assureur fait la sourde d’oreille et ne veut pas engager une discussion avec vous, vous avez tout à fait le droit de résilier votre contrat !

Si le contrat est validé par la banque, votre ancien assureur n’a plus son mot à dire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
Entrez votre nom ici s'il vous plaît