Le Constat de Risque d’Exposition au Plomb (CREP) est un diagnostic qui permet de mettre en évidence la présence ou l’absence du plomb dans une maison. Il est obligatoire avant toute location ou vente de logement. Que faire lorsque ce diagnostic est positif ? Découvrez tous les détails à travers ce dossier.

Quels sont les risques liés à une exposition au plomb ?

Lorsque le diagnostic plomb est positif, vous pensez directement à la présence de cet élément dans la peinture. Cependant, ce n’est pas le seul endroit où il est possible de détecter des traces de plomb. En effet, il peut être retrouvé dans la poterie, les jouets pour enfant et même dans les accessoires de cuisine. Il est important de savoir que le plomb est dangereux pour la santé, il est la principale cause du saturnisme, mais aussi d’autres maladies. Un contact prolongé avec ce produit peut engendrer :

  • Un mal de tête intense,
  • Des nausées et vomissements,
  • Une fatigue persistante,
  • Des douleurs ou crampes abdominales.

Lorsque la source du mal n’est pas vite identifiée, le malade peut développer des troubles irréversibles du système nerveux. Il est donc primordial de prendre des mesures lorsque de diagnostic plomb se révèle positif.

Quelles sont les actions à mener en cas de diagnostic plomb positif ?

Les travaux à effectuer en cas de diagnostic plomb sont simples. Mais il est important de savoir qui prendra en charge ces travaux.

Les travaux à effectuer

Pour une concentration supérieure à 1 mg par cm² plusieurs solutions peuvent être prises en compte. La première et la plus simple consiste à recouvrir tous revêtements remis en cause avec de nouveaux matériaux étanches et sains. Vous devez veiller à isoler toutes les sources de plomb. Cette solution est utile lorsque la quantité de la substance nocive relevée n’est pas très élevée.

La seconde alternative est d’évacuer tous les revêtements contenant du plomb de la maison et de purifier l’ensemble des pièces. Cela intervient quand le plomb présent est très élevé. L’idéal dans ce cas est de solliciter les services d’un professionnel du domaine. Cette solution vise à éliminer entièrement les risques. Par ailleurs, pour les bâtiments érigés avant 1949, il est conseillé d’ouvrir régulièrement les fenêtres pour permettre à l’air d’entrer et d’évacuer l’humidité ambiante.

La prise en charge des travaux : à qui cela incombe-t-il ?

La prise en charge varie d’un logement à un autre.

  • Le propriétaire bailleur

Pour une location, le diagnostic prend en compte les parties privatives de l’appartement ou de la maison. S’il s’avère être positif, c’est le propriétaire qui prend en charge les travaux. Il doit en premier lieu faire part du résultat du diagnostic aux locataires et aux artisans qui seraient emmenés à faire des travaux dans le logement. Il se charge ensuite de réaliser les travaux d’assainissement.

  • Le propriétaire-vendeur

Le diagnostic se fait ici lorsqu’un lot de copropriété est muté. Il concerne généralement les parties privatives. Le propriétaire transmet les résultats à l’acheteur avant la signature du contrat de vente. Il faut noter qu’il n’a pas l’obligation de lancer les travaux. L’acheteur reçoit l’obligation d’effectuer les travaux à la vente. Il doit dans ce cas s’en charger.

  • Pour la copropriété

Ici, le diagnostic est réalisé sur les parties privatives et communes. Ainsi, chaque copropriétaire bailleur prend en charge ses parties privatives. En ce qui concerne les parties communes, c’est la copropriété qui aura à réaliser les travaux.